Aliments irradiés : ionisé soit qui mal y mange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aliments irradiés : ionisé soit qui mal y mange

Message  maverick le Sam 17 Jan - 2:25

L'ionisation des aliments est une technique en plein essor qui améliore la conservation des denrées sans que personne ne s'en aperçoive, et ça marche ! Les usines à rayons gamma tournent à plein régime. La qualité nutritionnelle en est affectée ? Qu'importe, tant qu'il y a du blé à se faire...

L'ionisation (ou "irradiation", qui n'est pas très vendeur...) consiste à exposer des aliments à des rayonnements ionisants afin de réduire le nombre de micro-organismes qu'ils contiennent. Schématiquement, les aliments sont déposés devant des monticules de matière radioactive (Césium 137 ou Cobalt 60) ou des faisceaux d'électrons accélérés qui les irradient. Cette technique permet de tuer les micro-organismes, potentiellement pathogènes ou non, et de rallonger les durées de conservation des aliments, les celulles constitutives de l'aliment étant aussi affectées. Théoriquement, les produits alimentaires ainsi irradiés doivent être signalés au consommateur. Mais dans les faits, il est quasiment impossible de le vérifier.

En Europe, l'irradiation est autorisée dans huit pays. En France, sont régulièrement irradiés : les volailles, les fruits et légumes secs, les germes et flocons de céréales pour produits laitiers, les oignons, l'ail, l'échalote, la farine de riz, les cuisses de grenouilles et les crevettes. Cette liste dépasse de loin celle de l'Union Européenne, qui se limite aux herbes aromatiques séchées, épices et condiments alimentaires.

Les chiffres

Mondialisation oblige, le nombre d'installations d'irradiation explose dans les pays à fort développement. La Chine est passée de 7 unités d'irradiation en 2003 à 50 en 2006, l'Inde a programmé 25 nouvelles installations d'ici 2012. En Afrique du Sud, au Brésil et au Ghana, pratiquement tous les aliments peuvent être irradiés ; en Chine, en Russie, en Turquie, en Ukraine, aux Etats-Unis, en Inde, au Mexique, ..., une grande variété d'aliments, dont certaines viandes, peut être irradiée.

Dans l'Union européenne, plus de 15 000 tonnes de denrées alimentaires ont été ionisées en 2006. Un rapport a été publié le 6 novembre 2008, comptabilisant les fraudes à l'étiquetage. Mais cette étude est en partie basée sur les données fournies par les installations d'irradiation. Question objectivité, on a déjà vu mieux. Et les chiffres laissent un arrière-goût de rayons gamma. Pour 5 480 tonnes de produits alimentaires ionisés en Belgique, seuls 100 échantillons ont été analysés. Aux Pays-bas, 5 120 tonnes irradiés et aucune mesure. En France, 216 analyses pour 3 000 tonnes. Et en Allemagne, 4 137 échantillons ont été analysés pour... 340 tonnes produits ! Cherchez l'erreur...

Sans compter tous les produits importés, dont personne n'est en mesure d'évaluer le volume et la nature ! Du coup, les chiffres n'ont plus grande valeur, d'autant que le rapport indique clairement un doute sur "le choix des échantillons et l'efficacité des méthodes d'analyse utilisées". Signalons tout de même qu'en france, selon ce document, 15% des échantillons irradiés seraient incorrectement étiquetés. Un détail...

Les hics

Des scientifiques et des associations alertent régulièrement le public sur les risques de cette pratique. L'ionisation des aliments dégrade leur qualité notamment en détruisant les vitamines (A, B1, C, E...) et structures vivantes qu'ils contiennent, et en faisant apparaître de nouveaux composés chimiques dont certains sont cancérigènes. Les cyclobutanones, par exemple, qu'on ne trouve pas dans les aliments non ionisés, et qui causent cancers et dommages génétiques chez le rat. D'autres composés toxiques tels les radicaux libres, le benzène, le toluène, ..., apparaissent aussi lors de l'irradiation des aliments.

D'autre part, l'équilibre microbiologique de l'aliment est fragilisé, et des agents pathogènes peuvent se développer plus rapidement et proliférer puisque leurs "concurrents" ont été éliminés. L'ionisation est aussi utilisée pour masquer des manquements aux bonnes méthodes sanitaires. Or, elle est inefficace face à des contaminations par toxines, virus ou prions, qui peuvent dès lors se propager dans un environnement propice. Et enfin, l'irradiation empêche les signes typiques de l'altération des aliments de se manifester (odeur, apparence), induisant ainsi le consommateur en erreur. Bonne poire...

Sans compter les risques liés à la manipulation de produits radioactifs. Que du bonheur... pour les institutions comme l'OMC et l'AIEA qui s'en donnent à coeur joie, repoussant en permanence les limites réglementaires, en toute discrétion, et avec la bénédiction des États, qui se satisfont des mentions rassurantes de l'AIEA... l’agence en charge de la promotion du nucléaire !

La moutarde qui monte au nez

La Criirad, le réseau "Réseau Sortir du Nucléaire" et le "Collectif Français contre l’Irradiation des aliments", regroupant une vingtaine d'associations, sont en première ligne dans ce combat silencieux mais hautement radioactif.

L'expression du jour : "Faire sécher la neige au four et la vendre pour du sel blanc"...
avatar
maverick

Messages : 2712
Date d'inscription : 26/02/2008
Age : 56
Localisation : 43°27

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesforumz.com/viewtopic.php?t=130131&highlight=

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliments irradiés : ionisé soit qui mal y mange

Message  Ducat le Lun 19 Jan - 10:23

affraid affraid affraid affraid affraid affraid
Et apres on viens nous casser les couilles pour une cigarette qui fait rire
avatar
Ducat
Respecteur du con d'en face
Respecteur du con d'en face

Messages : 2285
Date d'inscription : 25/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum