Coupat : La charge explosive de la cour d’appel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coupat : La charge explosive de la cour d’appel

Message  coal le Ven 30 Jan - 20:37

Le dangereux leader de l’ultra gauche fait à
nouveau appel de sa détention, ce 30 janvier. Le premier juge avait un
brin chargé la barque et oublié que la famille Coupat fréquente le
couple Ollier-Alliot-Marie.


Depuis le 15 novembre 2008, la France n’a plus peur. L’ennemi public n°1 dort
à la prison de la Santé. Et ses rêves de saper les fondements de la
société moderne et civilisée avec lui. Mais ce 30 janvier, un frisson
parcourt la République. Julien Coupat, leader de l’effrayante « cellule invisible » soupçonné d’avoir endommagé des caténaires de la SNCF, fait appel de sa détention pour « terrorisme ». Brrr ! Quel effroi. L’ultra-gauche, la hantise de Michèle Alliot-Marie
depuis son arrivée à l’Intérieur pourrait voir cet héritier en
puissance d’action directe libéré. Et faire régner à nouveau la terreur
et les retards sur les rames et parmi les usagers des transports en
commun.


Bakchich noircit un peu le tableau,
voire exagère ou sombre dans la parano. Peut-être, mais toujours moins
que le magistrat qui a refusé la remise en liberté du redoutable
activiste de Tarnac, le 23 décembre 2008.


En effet, le maintien en détention provisoire du petit Coupat était à l’époque d’une nécessité. Il s’agissait « d’empêcher
une pression sur les témoins et une concertation frauduleuse entre la
personne mise en cause et les coauteurs et complices
», s’enflamme le magistrat, dans l’arrêt de cour d’appel que Bakchich s’est procuré.









Extraits de l’ordonnace statuant sur la détention de Julien Coupat du 23 décembre 2008



Et puis, ce petit jocrisse aux idées rouges, risquait de remettre le couvert. Et la justice se devait de « prévenir
le renouvellement des infractions et de garantir le maintien à la
disposition de la justice de Julien Coupat, profondément ancré dans une
logique dévastatrice
».



Enfin, bien sûr, la population, voyant les retards de
TGV s’accumuler, était sur le point de sombrer dans la psychose.Le
maintien en détention du leader de l’ultra-gauche de Tarnac, allait « mettre
fin au trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public
(…)s’agissant d’une idéologie de destruction cherchant à ébranler les
structures de la société par des attaques massives et violentes contre
les moyens de communication suscitant une très vive inquiétude dans
l’ensemble de la population
».


La barque a été bien chargée.



Ultra gauche le retour

© Nardo


Depuis, sans pression, le principal témoin à charge contre Coupat et sa bande a perdu un peu de crédit, comme l’a révélé Mediapart. Le garçon serait un brin mythomane.

Les preuves matérielles du délit manquent encore cruellement. Et, comme l’a déjà raconté Bakchich, un ancien commissaire de la DST consulté pour l’occasion parlait plus de vandalisme que de terrorisme pour les actes dont Coupat et sa bande sont inculpés.

Quant au manque « de garanties de représentation offertes » par son entourage familial »,
la juge a poussé le bouchon un peu loin. Ou s’est mal rencardée. Les
parents Coupat habitent toujours dans l’Ouest parisien, du côté des
Hauts-de-Seine. Pas bien loin des terres de Patrick Ollier, le
compagnon de Michèle Alliot-Marie. Et entretiennent de cordiales
relations avec le couple.


Avec ces nouveaux éléments, la Cour d’appel révisera peut-être un peu son jugement. Ou du moins ses arguments…

A lire ou relire sur Bakchich.info




Retour sur la traque de l’ultra-gauche

L’arrestation de neuf anars présentés comme « ennemis de la société »,
accusés d’avoir saboté les TGV, leur mise en examen et en détention ce
week-end, pour cinq d’entre eux, est une histoire complexe.




« Bakchich » s’est procuré une note de la PJ sur l’ultragauche

Dès le 26 janvier 2008, les flics anti-terroristes de la PJ pondaient
une note sur la mouvance de l’ultra gauche. Laquelle agrégeait
apparement les membres présumés du « commando anti-SNCF ». Extraits.





L’ultra gauche plus proche du vandalisme que du terrorisme

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris s’est
finalement prononcée pour le maintien en détention de Julien Coupat,
incarcéré depuis la mi-novembre dans l’enquête sur des dégradations
contre des lignes (…)

Dernière nouvelle : sa demande de remise en liberté vient d'être refusée
avatar
coal

Messages : 2424
Date d'inscription : 23/02/2008
Localisation : l'Elysée, 55 rue du faubourg Saint-Honoré 75008 Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum