Faux électeurs de Paris : le couple Tiberi face aux juges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faux électeurs de Paris : le couple Tiberi face aux juges

Message  maverick le Mar 3 Fév - 0:50

Faux électeurs de Paris : le couple Tiberi face aux juges

Après onze ans d'enquête, les élus de l'opposition n'auraient pour rien au monde manqué le premier jour du procès de Jean Tiberi devant le tribunal correctionnel de Paris, "soulagés" que les soupçons de fraude électorale contre le maire du Ve arrondissement aboutissent enfin. "Je suis soulagé" et "je voudrais que ce procès montre aux gens qu'il n'y a pas une impunité systématique", déclarait ainsi le conseiller régional Île-de-France Yves Frémion, l'un des élus Verts à avoir déposé plainte.


L'affaire a éclaté en avril 1997. Le Canard enchaîné accuse alors le "clan Tiberi" d'avoir "dopé les listes électorales dans son fief parisien", en inscrivant illégalement 3.000 à 4.000 électeurs. Plusieurs candidats aux municipales de 1995 et aux législatives de 1997 déposent plainte, entraînant l'ouverture d'une information judiciaire. L'enquête a mis au jour un système organisé dans lequel des personnes ne résidant pas dans l'arrondissement étaient "incitées" à se faire inscrire sur les listes électorales. On leur promettait en contrepartie une place en crèche, un logement ou encore un emploi à la mairie de Paris. Lassés d'attendre les réquisitions du parquet, qui traînaient depuis trois ans, les juges Baudouin Thouvenot et Jean-Louis Périès ont créé la surprise en renvoyant en correctionnelle, à quelques jours des municipales de mars 2008, Jean Tiberi, son épouse Xavière et neuf autres personnes.

La défense soulève des irrégularités


Alors que certains ont évoqué jusqu'à 7.200 faux électeurs durant la procédure, on n'en est plus qu'à 189, minimisait lundi Me Jean Chevais, avocat de la 1re adjointe chargée des affaires sociales et du commerce, Anne-Marie Affret, considérée comme l'un des principaux organisateurs de la fraude. "C'est une montagne qui risque d'accoucher d'une souris", prévenait l'avocat.


Quel que soit le nombre des électeurs concernés, cette fraude constitue une "trahison des électeurs", un "crime contre la démocratie", lui a répondu Me William Bourdon, conseil de la Ville de Paris. Pour Yves Contassot, élu Verts au Conseil de Paris, cette affaire est l'illustration d'une fraude électorale massive organisée par le RPR dans tout Paris à l'époque, avec les "mêmes outils", les "mêmes mécanismes".


Après une longue et fastidieuse lecture des charges à l'encontre des prévenus, les avocats de la défense ont soulevé de multiples irrégularités, susceptibles selon eux de faire capoter le procès. L'un des avocats de Jean Tiberi, Me Jean-Yves Leborgne, a ainsi reproché aux juges d'instruction d'avoir bouclé leur ordonnance sans attendre la position du parquet alors que, selon lui, "il existait un réquisitoire terminé dans les bureaux du parquet".


"Il y a dans cette soudaine précipitation quelque chose de suspect", qui "suffit à entacher de nullité" la procédure, a-t-il plaidé, voyant dans cette ordonnance un "acte avant tout politique". Venu en personne à l'audience - fait rarissime -, le procureur de la République de Paris Jean-Claude Marin devait lui répondre dans la soirée.
avatar
maverick

Messages : 2712
Date d'inscription : 26/02/2008
Age : 56
Localisation : 43°27

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesforumz.com/viewtopic.php?t=130131&highlight=

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum