entendu ce matin sur RTL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

entendu ce matin sur RTL

Message  coal le Ven 14 Nov - 10:16

Lagarde a annoncé que la France n'était pas en recession car on a fait 0.14 % au 3ème trimestre ,
donc pour etre en recession il faut faire deux Trimestres consecutifs en dessous de zero


Vive La France, affraid clown clown lol! Vive Sarkoziiiiie Exclamation



Croissance de 0,14% au 3ème trimestre
Source : RTL
14/11/2008 | Mise à jour : 07:52 | Commentaires 2 .
Le PIB a augmenté de 0,14% au troisième trimestre, a annoncé Christine Lagarde, ministre de l'Economie et des Finances sur RTL aujourd'hui. "C'est une bonne nouvelle" a-t-elle commenté. "Cela signifie que la France n'est pas en récession", a-t-elle expliqué, "puisque la récession, c'est techniquement, deux trimestres successifs négatifs".

"La consommation et les investissements des entreprises" sont les "deux moteurs" qui ont permis ces bons résultats, a expliqué Christine Lagarde.

"La politique du gouvernement est en train de produire des effets ", a souligné la ministre
.

Ps :: ==> Ben Voyons
avatar
coal

Messages : 2424
Date d'inscription : 23/02/2008
Localisation : l'Elysée, 55 rue du faubourg Saint-Honoré 75008 Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: entendu ce matin sur RTL

Message  Ducat le Ven 14 Nov - 11:05

"La politique du gouvernement est en train de produire des effets ", a souligné la ministre.
Laquelle?
L'autruche, la pipolisation, les proces en permanence contre les citoyens, la démagogie, ....
Franchement ils en font tellement au gouvernement que je ne vois pas ce qui peus produire des effets sur les francais
avatar
Ducat
Respecteur du con d'en face
Respecteur du con d'en face

Messages : 2285
Date d'inscription : 25/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: entendu ce matin sur RTL

Message  Arsene du PDC le Ven 14 Nov - 13:36

Ducat a écrit:
"La politique du gouvernement est en train de produire des effets ", a souligné la ministre.
Laquelle?
L'autruche, la pipolisation, les proces en permanence contre les citoyens, la démagogie, ....
Franchement ils en font tellement au gouvernement que je ne vois pas ce qui peus produire des effets sur les francais

Lire ici la réaction d'un "perpétuel optimiste" M. Toutatis (Global Quiqui, s'il vous plit !) Laughing qui "relative" les "bonnes nouvelles" colportées par la belle en cuisses Christine Langue de bois et de pute (+ vieille peau de loobyiste à la solde des amerloks Exclamation )

Marc TOUTATIS (Global Quiqui):

Alors que l'ensemble de l'Europe sombre dans la récession, la France reste ce village d'Astérix pirat qui résiste à la déprime. Formidable! En effet, les magiciens, oh pardon les statisticiens de l'Insee, viennent de revenir sur leurs estimations d'il y a à peine un mois qui faisaient état d'une baisse de 0,1% du PIB français au troisième trimestre pour la remplacer par une augmentation de 0,1 %.

Grâce à ce coup de baguette magique, Mme Christine Langue de Pute va donc pouvoir "surfer" Very Happy sur la vague de la morosité en annonçant que, techniquement, la France n'est pas entrée en récession, puisqu'elle n'a pas enregistré deux trimestres consécutifs de baisse de son PIB.

Bien entendu, pour nous qui faisons partie des plus optimistes sur la croissance française pour cette année et 2009, cette surprise reste une bonne nouvelle.

Néanmoins, elle doit être largement relativisée. Tout d'abord parce qu'en dépit du petit rebond du troisième trimestre, le PIB reste encore inférieur de 0,2% à son niveau du premier trimestre. Ensuite, en atteignant 0,6% au troisième trimestre, le glissement annuel du PIB se situe à un plus bas depuis le deuxième trimestre 2003.

De plus, même si elles sont en légère amélioration par rapport au deuxième trimestre, les variations de la consommation et de l'investissement demeurent très faibles (respectivement +0,2% et -0,3%).

En outre, le léger mieux du troisième trimestre ne présage en rien d'une nouvelle amélioration au quatrième trimestre. Et pour cause: l'ensemble des indicateurs avancés de l'activité (dans l'industrie, les services et la construction) font état d'une nette dégradation.

A ce sujet, l'enquête de l'Insssiee sur l'investissement publiée également aujourd'hui indique que les industriels français anticipent une baisse de 3% de leurs investissements en valeur pour 2009. En d'autres termes, tout excès d'euphorie sur la surprise et l'exception française du troisième trimestre serait particulièrement déplacé.

Enfin, il ne faut pas oublier que l'augmentation du PIB n'est pas une fin en soi. En effet, le but de la croissance est avant tout de créer des emplois. Et c'est là où la petite hausse du PIB du troisième trimestre pose problème, car elle n'a pas empêché l'emploi de se contracter. Ainsi, après avoir déjà reculé de 0,2% au deuxième trimestre, l'emploi salarié a encore baissé de 0,1% au troisième trimestre.

Pis, si jusqu'à récemment, la baisse de l'emploi s'observait principalement dans l'industrie, elle est également visible dans les services pour le deuxième trimestre consécutif.

Si la récession technique n'est donc pas encore observable dans les chiffres du PIB, elle est donc déjà bien entamée au niveau de l'emploi, donc dans la réalité concrète des Français.

C'est en cela que, s'il ne faut certainement pas céder au pessimisme noir, il n'est pas possible de dire aux Français que la récession n'est qu'une invention car ils la vivent au quotidien depuis le printemps dernier.

Un autre blaireau de la place "Brouniarde" N BOUZEUX (AsterIX):

Les économistes appellent cela "un bruit", c'est-à-dire un chiffre qui ne s'inscrit pas dans une tendance de fond. L'augmentation du PIB au troisième trimestre (+0,1% après une baisse de 0,3% au deuxième) ne change rien à la donne économique fondamentale: l'activité est, à moyen terme, orientée à la baisse, en France comme dans tous les grands pays de l'OCDEx.

Ce recul de l'activité est associé à une remontée du taux de chômage. Un mini-rebond du PIB sur un trimestre ne change absolument rien à cet état de fait.

Certes, le chiffre du troisième trimestre est, dans un environnement financier et commercial international exécrable, plutôt bon. Mieux: le recul des prix du pétrole et la baisse de l'euro par rapport au dollar sont trop récents pour expliquer cette performance.

La contribution des stocks à la croissance est nulle, ce qui signifie que le PIB produit au troisième trimestre a été vendu: il ne correspond pas à des invendus accumulés dans les usines.

Le PIB a ainsi été soutenu par l'activité dans le secteur des services (en particulier les services aux entreprises), les branches manufacturières connaissant toutes, en dehors des biens de consommation, une diminution de leur production.

La progression des dépenses des ménages repasse en territoire légèrement positif (+0,2%). Il faut y voir un effet de rattrapage par rapport à un premier semestre particulièrement mauvais. C'est un point qui est particulièrement net dans certains secteurs comme celui de l'habillement. Les achats ont été reportés pendant la première partie de l'année. Ils doivent être réalisés pendant la seconde. C'est bon à prendre, mais ça ne durera pas.

On peut peut-être également envisager le fait que certaines dispositions du paquet fiscal (la défiscalisation des heures supplémentaires par exemple) aient eu un effet positif sur la consommation. Christine Langue de Pute a peut-être raison sur ce point mais, en toute rigueur, on manque encore d'éléments pour l'affirmer avec certitude.

Idem concernant l'investissement des entreprises. Celui-ci a gagné 0,3% au troisième trimestre, parce qu'il avait décroché de 1% au deuxième trimestre. Dans un contexte très concurrentiel, où les équipements se déprécient rapidement, les entreprises doivent maintenir un flux d'investissements pour renouveler, de temps à autres, leur capital.

En revanche, les perspectives de demande auxquelles font face les chefs d'entreprises sont trop faibles pour que cette hausse de l'investissement perdure. Ainsi, l'Insee nous apprend ce matin que les industriels se préparent à diminuer de 4% leurs investissements en 2009. Il s'agirait de la plus forte baisse depuis 2005.

Et puis, gardons à l'esprit deux données fondamentales. L'offre de crédit va continuer à se raréfier fin 2008 et en 2009 sur au moins trois segments: les crédits immobiliers, les crédits de trésorerie aux PME et les crédits d'investissements. En outre, l'emploi va continuer de reculer. Près de 11.000 postes ont été détruits au troisième trimestre dans le secteur marchand, après une perte de 27.500 emplois au deuxième trimestre. La mauvaise conjoncture du marché du travail va peser sur la consommation et annuler les effets positifs du recul de l'inflation.

En conséquence, le PIB devrait repartir à la baisse au quatrième trimestre, ce qui amènerait la croissance du PIB en 2008 à 0,9%.

2009 sera plus compliqué. La crise financière se résorbera lentement alors que les difficultés de l'économie dite "réelle" ne font que commencer. Le PIB devrait reculer de 0,5% l'année prochaine.

--------------------------------------------

Bon j'arrête, vous risquez de perdre appêtit, sauf PAPA bien sûr car chez "ZAP" là , c'est "négaif" mon colonel Cacaboudin. clown Mad pirat
avatar
Arsene du PDC

Messages : 2026
Date d'inscription : 24/02/2008
Age : 107

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: entendu ce matin sur RTL

Message  Ducat le Ven 14 Nov - 13:48

Pour transformer un - en + c'est tres simple il suffit de rajouter un I majuscule et voila le tour est joué
avatar
Ducat
Respecteur du con d'en face
Respecteur du con d'en face

Messages : 2285
Date d'inscription : 25/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: entendu ce matin sur RTL

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum